Sillon de Talbert : randonnée au rythme des marées

Publié le 7 décembre 2023 - Modifié le 6 février 2024

Dans la famille des bizarreries naturelles de Bretagne, je demande le sillon de Talbert ! Venez à Pleubian, dans les Côtes-d’Armor, pour parcourir cette langue de sable et de galets qui s’élance sur 3 kilomètres dans la mer. Façonnée par les courants, changeant de visage à chaque marée, le sillon de Talbert est une expérience de randonnée immanquable proche de l’île de Bréhat. Dotée d’un panorama de choix, paradis des plantes et des oiseaux, le sillon de Talbert n’attend que vous pour une balade iodée.

Dans la famille des bizarreries naturelles de Bretagne, je demande le sillon de Talbert ! Venez à Pleubian, dans les Côtes-d’Armor, pour parcourir cette langue de sable et de galets qui s’élance sur 3 kilomètres dans la mer. Façonnée par les courants, changeant de visage à chaque marée, le sillon de Talbert est une expérience de randonnée immanquable proche de l’île de Bréhat. Dotée d’un panorama de choix, paradis des plantes et des oiseaux, le sillon de Talbert n’attend que vous pour une balade iodée.

  • Longueur : 6 km aller-retour
  • Durée : environ 1h30
  • Dénivelé positif : 6 m D+
  • Difficulté : randonnée facile
  • Point de départ : maison du Sillon (Pleubian, Côtes-d’Armor)

Pourquoi aller visiter le sillon de Talbert ?

En balade au sillon de Talbert

Une balade facile et dépaysante

Le dépaysement n’est pas réservé aux aventuriers de l’extrême ! La randonnée du sillon de Talbert est aussi belle qu’elle est facile. Depuis les différents parkings répartis à Pleubian, comptez près de 1h30 pour faire l’aller-retour sur cette bande de sable d’un peu plus de 3 kilomètres de long, pour un dénivelé positif de … 6 mètres.

Arrivés à la pointe, vous avez alors une impression de “bout du monde” et c’est bien normal : vous êtes au point continental le plus septentrional de la Bretagne. Entourés par l’estuaire du Trieux à l'est et l’estuaire du Jaudy à l'ouest, le panorama s’ouvre sur la mer et le récif des Épées de Tréguier avec le phare des Héaux de Bréhat.

Des oiseaux rares et nombreux

Un gravelot à collier interrompu, un des oiseaux qu'on trouve au sillon de Talbert

Les amateurs d’ornithologie seront comblés au sillon de Talbert, reconnu pour la richesse de son avifaune. Il s’agit notamment d’un site de reproduction et de nidification d’espèces locales d’oiseaux, comme la sterne naine, la sterne pierregarin, le grand gravelot et le gravelot à collier interrompu. Prenez des jumelles pour les observer de loin et ne pas les déranger.

Il s’agit aussi d’une halte de choix pour de nombreux oiseaux migrateurs, ou encore des limicoles ; en automne et en hiver, on dénombre jusqu’à 9 000 oiseaux appartenant à cette famille de petits échassiers !

Une végétation très riche

Avec sa géologie particulière, le sillon de Talbert a vu se développer une végétation multiple et bien spécifique. Dans le premier segment de dunes, il est possible d’observer des espèces protégées comme le chardon bleu ou encore la renouée de ray.

Mais plus loin, au milieu des galets, c’est le royaume de l’arroche de Babington ou du chou marin ; c’est notamment pour protéger ces espèces qu’a été créée en 2006 la réserve naturelle régionale du sillon de Talbert. Car ces plantes sont menacées : autrefois très diversifiée, la végétation de la dune a perdu près de 80% de ses espèces en 40 ans.

Les abords du sillon ne sont pas en reste : il est bordé d’estrans, ces parties de littoral qui se dévoilent à chaque marée basse. On y retrouve une population d’algues très variée : brunes, rouges, vertes ou bleues, on compte près de 400 espèces d’algues autour du sillon de Talbert.

Comment s’est formé le sillon de Talbert ?

Le sillon de Talbert est une curiosité géologique hybride apparue il y a très longtemps, mais toujours en mouvement aujourd’hui. Il a été formé il y a plusieurs milliers d’années par la fonte des glaciers et l’accumulation de galets sur de petits écueils rocheux.

Cette bande longiligne de 3 kilomètres de long a été lentement sculptée par les éléments et les courants opposés des estuaires du Jaudy et du Trieux. À l’origine, le sillon de Talbert était un cordon littoral complet, reliant le continent au sud, à l’archipel d’Olonne, au nord.

C’était sans compter la terrible tempête The Great Storm, qui, en 1703, a créé une brèche entre les petites îles de l’archipel et le reste du sillon : il s’est ainsi transformé en flèche littorale, ou “poulier”. Des changements qui perdurent de nos jours : le sillon se déplace de 1 à 2 mètres par an au gré des courants et tempêtes.

Marée haute et marée basse : quand aller au sillon de Talbert ?

Les rochers du sillon de Talbert à marée basse

En plus de son déplacement naturel, le sillon subit aussi les aléas climatiques. En 2018, une tempête a refaçonné le sillon, en créant une brèche dans le premier tiers de la flèche. Lorsque la marée monte, l’eau s’infiltre dans le passage et transforme le sillon en une île inaccessible à pied.

L’accès à la balade du sillon de Talbert n’est alors possible qu'à marée basse. Pensez à vérifier les heures et coefficients de marée lorsque vous préparez votre randonnée, ou bien en arrivant, en vous rendant à la Maison du sillon.

Propriété du Conservatoire du littoral (responsable du site du sillon), cette ancienne maison de pêcheurs complètement réaménagée en 2023 est à la fois un lieu de travail pour le garde littoral et un lieu d’information et de sensibilisation pour les visiteurs.

Vos questions sur le sillon de Talbert