Aiguille de la Grande Sassière : la plus haute randonnée de France

Publié le 7 décembre 2023 - Modifié le 8 février 2024

L’aiguille de la Grande Sassière, où comment aller en haute montagne sans notions d’alpinisme. Ce sommet de 3747 mètres est la plus haute randonnée de France. L’aiguille de la Grande Sassière est perchée à la frontière franco-italienne, entre la Savoie et la vallée d’Aoste, du côté de Tignes. L’unique sentier de randonnée pédestre, réservé aux randonneurs les plus expérimentés (on ne parle pas de balade), débouche sur un panorama unique : Haute-Tarentaise, massif des Alpes Grées, région Auvergne-Rhône-Alpes et au-delà, vous repartirez la tête pleine de souvenirs impérissables.

L’aiguille de la Grande Sassière, où comment aller en haute montagne sans notions d’alpinisme. Ce sommet de 3747 mètres est la plus haute randonnée de France. L’aiguille de la Grande Sassière est perchée à la frontière franco-italienne, entre la Savoie et la vallée d’Aoste, du côté de Tignes. L’unique sentier de randonnée pédestre, réservé aux randonneurs les plus expérimentés (on ne parle pas de balade), débouche sur un panorama unique : Haute-Tarentaise, massif des Alpes Grées, région Auvergne-Rhône-Alpes et au-delà, vous repartirez la tête pleine de souvenirs impérissables.

  • Longueur : 12 km aller-retour
  • Durée : environ 7h aller-retour
  • Dénivelé positif : 1382 m D+
  • Difficulté : difficile
  • Point de départ : parking du lac du Saut (Tignes)

3747 mètres d’altitude. Dans 99,99% des cas, une montagne de ce calibre n’est accessible qu’aux alpinistes les plus aguerris, avec baudrier, cordes et surtout beaucoup d’expérience. L’aiguille de la Grande Sassière est l’exception qui confirme la règle ! Quatrième sommet le plus élevé de Savoie, en Auvergne-Rhône-Alpes, l’aiguille a la particularité d’être accessible via un sentier de rando classique : ça en fait la plus haute randonnée de France.

Alors on ne vous dit pas non plus qu’il s’agit d’une petite balade champêtre, de votre gentille promenade du dimanche : l’itinéraire de la voie normale pour accéder à l’aiguille de la Grande Sassière depuis Tignes est difficile, avec un dénivelé positif de 1382 mètres et quelques passages un peu techniques. Il n’est d’ailleurs accessible que sur une courte période pendant l’été, lorsque les températures ont fait fondre la neige des sommets (renseignez-vous au préalable auprès de l’office de tourisme de Tignes).

Cette pyramide dénudée de schiste lustré, point culminant de la réserve naturelle nationale de la Grande Sassière, est un immanquable de la Haute-Tarentaise. Alors suivez le guide, on vous explique comment faire la randonnée de l’aiguille de la Grande Sassière, joyau du massif des Alpes Grées.

Aiguille de la Grande Sassière par la voie normale : itinéraire de rando

Aiguille de la Grande Sassière vallée

Le point de départ de la randonnée jusqu’à l’aiguille de la Grande Sassière se trouve à Tignes, au-dessus du lac du Chevril. Plus précisément au parking du barrage du Saut, un petit lac alimenté par le cours de la Sassière. Il est par ailleurs possible de faire un bivouac à proximité du lac : une solution qui permet de commencer la rando assez tôt, et éviter le monde qui peut s’y presser plus tard dans la journée.

Une discrète trace cachée derrière trois grosses pierres vous indique le début de cette rando : pour ne pas louper le début, suivez notre topo ! Après ça, le menu est assez simple : monter, et monter encore. En tout, ce sont 6 kilomètres d’ascension qui vous attendent, pour 1382 mètres de dénivelé positif, direction l’imposante aiguille qui domine la vallée. Niveau matériel, prévoyez de bonnes chaussures de randonnée et des bâtons de marche (vos genoux vous remercieront).

La rando commence par une montée raide face à la pente dessinée par des alpages verdoyants : ouvrez les yeux et les oreilles, il n’est pas rare d’y croiser des marmottes. Le sentier bifurque à gauche et la pente devient plus douce, c’est le plan de la Casette. Le lac du Chevril se dessine sur votre gauche, et à mesure que vous avancez la montagne se dénude : vous êtes dans le territoire des bouquetins des Alpes. Elle devient presque totalement minérale une fois arrivés à un premier ressaut : regardez où vous marchez, des edelweiss pointent le bout de leur nez à cette altitude.

À partir de là, le cap est mis à droite sur l’arête sud-ouest de l’aiguille de la Grande Sassière. Le chemin monte graduellement, sans grande difficulté, jusqu’à l’arête, et à un premier replat à 3129 mètres. Le sentier redevient un peu vertical pour monter sur l’antécime très pierreux, où la neige peut parfois jouer les prolongations (alors faites attention).

Vous atteignez alors un second replat, qui vous dévoile toute la splendeur de cette rando : le sentier longe ici l’arête, avec à droite la vallée de la réserve naturelle nationale de la Grande Sassière, à gauche le glacier de la Sassière, et en face votre objectif, l’aiguille. Les mollets chauffent, la fatigue vous guette, mais tenez bon : vous attaquez la dernière partie, avec l'ascension de la pyramide de schiste lustré du sommet de l’aiguille.

Et après près de 3 heures de montée, vous y êtes, le sommet de l’aiguille de la Grande Sassière, et sa statue de la madone, installée là en 2017. Tout autour de vous se dessinent les plus beaux sommets des Alpes : mont Pourri, Tsanteleina, Grand Paradis et même mont Blanc, autant de grands qui font presque oublier l’effort de la montée. Pour la redescente, gare où vous mettez les pieds, le sol gelé se réchauffe au cours de la journée, rendant le chemin boueux.