Cirque de Lescun : randonnée béarnaise en vallée d’Aspe

Publié le 7 décembre 2023 - Modifié le 21 février 2024

Plateau sauvage creusé dans les roches des Pyrénées-Atlantiques aux portes du Parc National des Pyrénées, le cirque de Lescun - et ses fameux pics dolomitiques - constitue une destination incontournable pour les randonneurs, qu’ils soient aguerris ou moins expérimentés. Des sommets majestueux dominent la vallée d’aspe - une des trois vallée béarnaises - tantôt verdoyante tantôt minérale, dans laquelle serpentent de petits ruisseaux rafraîchissants en période estivale.

Plateau sauvage creusé dans les roches des Pyrénées-Atlantiques aux portes du Parc National des Pyrénées, le cirque de Lescun - et ses fameux pics dolomitiques - constitue une destination incontournable pour les randonneurs, qu’ils soient aguerris ou moins expérimentés. Des sommets majestueux dominent la vallée d’aspe - une des trois vallée béarnaises - tantôt verdoyante tantôt minérale, dans laquelle serpentent de petits ruisseaux rafraîchissants en période estivale.

Où se trouve le cirque de Lescun ?

Au cœur de la chaîne montagneuse des Pyrénées, à seulement quelques centaines de mètres de la frontière espagnole, une enceinte rocheuse attire les randonneurs en quête d’une des vues les plus spectaculaires de la vallée d’Aspe : le cirque de Lescun. Parfois très justement surnommé “Dolomites des Pyrénées”, on ne peut que s’émerveiller devant ses aiguilles et cimes calcaires, hauts lieux de l’escalade et du parapente dans les Pyrénées-Atlantiques, surplombant ruisseaux et lacs dans un univers minéral et rocailleux.

Le cirque de Lescun se situe sur la commune du même nom, la plus haute du département. Un petit village charmant (900 m) construit en pierres et ardoises, niché sur les pentes des Pyrénées béarnaises, rendez-vous incontournable des amoureux de la randonnée qui le traversent grâce au GR® 10 ou la Via Tolosane. Lescun, c’est aussi un point de départ vers de nombreux parcours accessibles pour découvrir les paysages splendides de la vallée d’Aspe et du Béarn.

Alors, prêts pour vous lancer sur les sentiers de randonnée de la région ?

Ruisseaux et cascade au cirque de Lescun

Sur les pentes du cirque de Lescun, les sentiers sillonnent des terres tantôt boisées, pastorales, puis de plus en plus dénudées à mesure que l’on grimpe vers les sommets. À travers ces grandes étendues, de petits ruisseaux serpentent. En langue basque, on les nomme “lats” (mot qui, une fois complété de “kun”, un indicateur de lieu, est à l’origine de l’appellation du cirque et du village de Lescun). Ici et là, ces cours d’eau approvisionnent quelques lacs aux berges agréables après une randonnée sous les chaleurs estivales. Le lac de Lhurs en est un parfait exemple. Des randonneurs suffisamment expérimentés pour se frotter aux 968 m de dénivelé viennent s’enivrer de la beauté du panorama, mais aussi pêcher les truites qui vivent ici (pêche autorisée uniquement les samedis et dimanches).

En parlant de points d’eau, si vous cherchiez une cascade au cirque de Lescun, il en existe bien une : la cascade d’Anaye. Cette chute étroite, mais haute de presque dix mètres, dégringole sur le plateau de Sanchèse. Grande favorite dans la catégorie des randonnées en famille dans les Pyrénées, la promenade jusqu’à cet espace cerné de falaises et forêts ne présente aucune difficulté. Comptez à peine cinq kilomètres (depuis le parking de Napia), à parcourir à pied ou en VTT, en compagnie des chevaux broutant en toute liberté sur le parcours pendant la période estivale.

Randonnée au lac d’Ansabère et ses cabanes

Perché sur les hauteurs du cirque de Lescun, le lac d’Ansabère (1 859 m) peut surprendre le visiteur par sa petite taille (seulement 0,8 ha). En effet, la renommée de ce point d’eau se fait ailleurs. Car le lac le plus à l’ouest de la chaîne pyrénéenne côtoie les pieds de sommets vertigineux, offrant ainsi un reflet trompeur à sa surface, qui ravira les marcheurs férus de photographie.

Bonne nouvelle : la randonnée vers le lac d’Ansabère est un parcours accessible et peu difficile ! Le départ se fait le plus souvent au pont de Masousa (972 m) ou à celui, voisin, de Lamareich, qui disposent tous deux d’un parking. Comptez alors trois heures de marche et 887 m de dénivelé pour atteindre les berges du lac d’Ansabère. Une alternative consiste à emprunter une route caillouteuse (et un peu cabossée) jusqu’au pont de Lamary (1 180 m). Un petit parking vous permet de gagner 200 m de dénivelé.

Une fois vos chaussures de randonnée aux pieds et vos sacs-à-dos bien accrochés, une large piste vous attend, vous guidant doucement à travers un paysage bucolique, succession de pâturages, sous-bois et pentes herbeuses, jusqu’aux deux cabanes d’Ansabère (1 567 m), qui confèrent au lieu un petit air d’Alpes suisses. Patrimoine de montagne remarquable, la Cabane des amoureux et la Villa des privés d’amour offrent une halte appréciable ainsi qu’une belle opportunité, celle d’échanger avec un berger enfant du pays (et faire le plein de fromage de brebis l’été, par la même occasion). La suite de la randonnée vers le lac d’Ansabère se fait en suivant un sentier plus étroit et à découvert, à travers les cols et vallons rocheux du cirque de Lescun. On se pose enfin sur les abords du lac, on absorbe ce panorama grandiose sur le cirque, les aiguilles d’Ansabère, et la Table des Trois Rois (sans oublier de faire le tour du lac, à la recherche du plus beau reflet), puis le retour se fait par le même chemin.

Et pour les marcheurs de l’hiver, laissez-vous tenter par une randonnée en raquettes dans les Pyrénées, aux cabanes d’Ansabère ! Notez cependant que le parking du pont de Lamary est inaccessible l’hiver. Il vous faudra donc laisser votre véhicule plus bas, au niveau du pont de Masousa. Si le sentier jusqu’au lac est déconseillé (soyez toujours vigilants au risque d’avalanche et aux conditions météorologiques), la première portion du parcours, menant aux cabanes, est un petit enchantement lorsque la neige recouvre les montagnes, dévoilant un paysage féérique dans lequel se découpent les silhouettes des sommets pyrénéens enneigés.

À l’assaut des grands sommets autour du cirque de Lescun

N’oublions pas non plus les randonneurs plus expérimentés, qui trouveront sans aucun doute leur bonheur en grimpant vers les cimes légendaires de cette région sauvage. Si certaines sont réservées aux alpinistes (comme la petite et la grande aiguille d’Ansabère), d’autres peuvent tout à fait se découvrir en empruntant des sentiers de randonnée. C’est le cas notamment du pic d’Ansabère (2 371 m) ou du pic de Pétragème (2 255 m), qui ravira les “apprentis grimpeurs” n’ayant pas peur d’utiliser leurs mains pour gravir les derniers mètres menant à une vue imprenable sur le cirque de Lescun.

Plus facile d’accès, le col de Pétragème (2 090 m) offre néanmoins un sublime panorama sur la vallée d’Aspe et le pic du midi d’Ossau (2 884 m). Le début de la randonnée mène aux cabanes d’Ansabère, puis le sentier bifurque vers une ascension plus raide, au pied des fabuleuses aiguilles d’Ansabère. 1 100 m de dénivelé, mais la vue vaut l’effort !

Quelques informations à savoir pour randonner au cirque de Lescun

Nos inspirations randos dans les Pyrénées-Atlantiques